POUR SITE INTERNET
Picture of Coralie Béguin

Coralie Béguin

Naturopathe & Youtubeuse spécialisée dans les troubles digestifs.

Prise d’IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) – Attention aux effets secondaires pour votre intestin (SII, SIBO, COLOPATHIE)

Lorsque vous avez mal à l’estomac (brulures d’estomac, RGO, crampes…), le premier reflexe est d’aller soit à la pharmacie chercher un pansement gastrique ou de se rendre chez son médecin si les symptômes reviennent de façon chronique.

Lorsque vous décrivez les symptômes à votre médecin, parfois il va vous recommander des médicaments (IPP) et de passer une gastroscopie. Vous êtes envoyé(e)s chez un gastro-entérologue. Si vous avez des problématiques d’estomac et des symptômes en cascades, je vous conseille vivement de consulter un gastro-entérologue pour poser un diagnostique sur vos maux.

Pendant ma formation de naturopathe, j’ai déclenché une gastrite, la première recommandation de mon médecin traitant a été de me prescrire des IPP sur 3 semaines, car j’avais des brulures tous les jours et des glaires en fond de gorge qui me rendait folle. Le sujet des troubles de l’estomac me passionne car j’ai souffert de cette gastrite pendant plus de 6 mois, c’est grâce à la naturopathie que je m’en suis sortie naturellement. 

 

Quels sont les traitements médicaux pour solutionner les brulures d’estomac ? 

 

Il existe 3 sortes de médicaments qui sont actuellement distribués sur le marché :

Ces médicaments sont souvent appelés « pansements gastriques ».

Le but de ces médicaments est de faire taire votre acide et de vous éviter d’avoir des brulures d’estomac mais malheureusement, ils ne traitent pas la cause.

Nous allons retrouver 3 grands traitements :

  • IPP : Inhibiteurs de la pompe à protons (Pantaprazole,esoméprazole, Inexium, Mopral…)
  • Anti-H2 (Cimetidine, la ranitidine…)
  • Antiacides & Pansements gastriques (Gaviscon, Ulcar, Exoss One, Topal…)

 

Comment fonctionne les IPP ? 

Les cellules de votre estomac libèrent naturellement de l’acide chlorhydrique via ce qu’on appelle la pompe à protons potassiques. Elle maintient un PH très bas pour vous permettre de digérer toute la nourriture que vous mettez dans votre tube digestif.

Cet article pourrait vous intéresser :   Comment vivre sa vie ?

Les IPP (inhibiteur de la pompe à proton) inhibent l’enzyme nécessaire à la pompe jusqu’à 3 jours après leur prise.

Lorsque vous prenez des IPP, le PH de votre estomac augmente au fur et à mesure. Le corps tente de rétablir l’équilibre et demande aux cellules pariétales de produire encore plus d’acide chlorhydrique.

En fonction de la gravité de vos symptômes, ce médicament stoppe les brulures, mais pour certaines personnes cela peut revenir très vite. (2 à 4H après la prise de l’IPP).

Beaucoup de personnes développent également une accoutumance à ce produit.

Dans ces cas là, votre médecin peut augmenter votre dosage de 10mg à 20mg puis à 40mg et vous recommandez du Gaviscon dans les moments où vous avez mal à l’estomac dans la journée.

Les IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) sont normalement prescrits entre 6 et 8 semaines maximum avec un suivi médical. Mais aujourd’hui, ils sont prescrits bien au delà. (Je l’ai vu tellement de fois en consultations). Souvent on peut vous dire que ce médicament doit être prise à vie et c’est tout, il n’y a rien d’autre à faire. 

Lorsque le PH de votre estomac monte progressivement et qu’il dépasse un PH de 5, les bactéries ne sont plus éradiquées et une prolifération bactérienne se développe.

Nous retrouvons plus de bactéries comme le clostridium difficile, la salmonella, la listeria, campylobacteria, Shigella chez les personnes qui sont sous IPP.

Selon une étude scientifique sur Pubmed, 50% des utilisateurs d’IPP étaient positifs au SIBO grâce au test respiratoire à l’hydrogène contre seulement 6% des non utilisateurs des IPP.

Les conséquences à moyen et long terme de la prise d’IPP

La prise d’IPP sur du long terme a des conséquences non négligeables sur la santé. Dans les revues scientifiques, nous trouvons de plus en plus de corrélation entre la prise d’IPP et le SIBO, des fractures osseuses, des accidents cardio vasculaires et des maladies des reins.

En effet, dans les reins, le cerveau, des ostéoclastes, et du colon, nous avons également d’autres pompes à protons. A l’heure où j’écris cet article (2023), nous ne savons pas encore si scientifiquement si les IPP ont une action spécifique à ce niveau. (mais il se pourrait) car les IPP pris pendant une très longue période affecte la fonction rénale.

Cependant, on a remarqué que les personnes qui consomme des IPP pendant de nombreuses années ont 2 à 5 fois plus de néphrites interstitielles.

Les IPP peuvent entrainer avec une prise à moyen et long terme :

  • une prolifération bactérienne dans l’estomac, le duodénum et dans l’intestin grêle. 
  • Des infections pulmonaires
  • Insuffisance rénale
  • une malabsorption des glucides/ des féculents
  • Une dépendance aux médicaments par rebonds
  • Une carence en fer, B12, calcium, magnésium
  • Un manque d’absorption des nutriments
  • Une achlorydrie
  • Le SIBO
  • L’intestin irritable / Colopathie 

 

Le but n’étant pas de vous faire peur mais de vous informer, vous pouvez télécharger mon ebook gratuit sur l’estomac pour en savoir encore plus et comprendre les causes des problématiques d’estomac.

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cet article, êtes vous concernés par la prise d’IPP ? Si oui depuis combien de temps les prenez vous ?

Cet article pourrait vous intéresser :   10 conseils pour soutenir sa flore intestinale jamais révélé

Partager cet article